temoigner 127 sm temoigner 125 sm temoigner 124 sm La Fondation Auschwitz et la Mémoire d'Auschwitz ASBL publient deux fois par an leur revue (qui existe depuis 25 ans). Celle-ci diffuse ainsi l’actualité de la recherche pluridisciplinaire sur les camps nazis et le génocide des Juifs et des Tsiganes. Elle a su s’ouvrir aux débats les plus actuels concernant les enjeux de mémoire et d’histoire.

Devant l’intérêt grandissant pour les questions mémorielles, au croisement de nombreuses disciplines, de l’histoire à la littérature et aux arts, de la sociologie aux sciences politiques, et devant la demande tout aussi grandissante venant du public, nous avons décidé lors de la parution du numéro 100 de donner à notre revue un nouveau départ. Par là même elle entend pallier l’absence d’une publication qui traite autant des questions de mémoire que des questions d’histoire sans les dresser l’une contre l’autre.

 

Sans abandonner leurs missions premières et fortes de leur expérience comme du savoir acquis, la Fondation Auschwitz et la Mémoire d'Auschwitz ASBL se donnent aujourd’hui pour tâche d’ouvrir leur champ de recherche aux problématiques des violences de masses dans le long terme historique.

Se gardant de tout anachronisme, elles se proposent de revisiter de façon critique à la fois le passé et le présent de notre modernité et d’un siècle durant lequel se sont accomplis des guerres, des violences politiques à grande échelle et des massacres de masses – des génocides aux purifications ethniques – dans lesquels la responsabilité des États est impliquée directement ou indirectement.

Avec Témoigner. Entre histoire et mémoire, elles tiennent à impulser le mouvement d’une relecture critique de ces problématiques sur les plans à la fois historiographique et mémoriel. C’est un nouvel éclairage de notre histoire contemporaine qu’elles proposent.

Le nouveau format de notre revue Témoigner. Entre histoire et mémoire a débuté avec le numéro 117. Il s'agit d'un format comportant pour moitié une section académique (dossier thématique et varia) et pour moitié une section culturelle traitant de l'actualité culturelle de la mémoire et du témoignage. Celle-ci est composée de chroniques, de rubriques, d'un agenda et d'un portfolio.

Vient de paraître : n° 127 (octobre 2018) : La perpétuation de la violence après 1918

temoigner 127 web 

Il y a cent ans, la Première Guerre mondiale prend fin en novembre 1918. Après quatre années de carnage, la paix revient en Europe. Du moins, c’est alors l’impression des vainqueurs et, aujourd’hui également, celle des commémorateurs qui fêtent son centenaire. La réalité historique s’avère plus complexe. Jusqu’en 1923 au moins, la violence perdure sous forme de révolutions et de contrerévolutions, de guerres et de guerres civiles. Les esprits restent également sous l’emprise de la violence tant dans les milieux de gauche que de droite.
Le dossier « La perpétuation de la violence après 1918 » se propose de cerner les contours de cette Europe si fortement marquée par la Grande Guerre, en évoquant la culture de la violence instaurée par celle-ci et qui, finalement, dégénéra dans la déflagration totale de la Seconde Guerre mondiale.

Sommaire et résumés
 

Contacts :

Fondation Auschwitz et ASBL Mémoire d'Auschwitz
Tél. : +32 (0)2 512 79 98
Fax : +32 (0)2 512 58 84

Directeur de la publication : Henri Goldberg

Directeur de la rédaction : Frédéric Crahay

Secrétaires de rédaction : Nathalie Peeters et Anneleen Spiessens

 

Comité de rédaction :

Daniel Acke, Pascale Fabre, Agnès Graceffa, Johan Puttemans, Maarten Van Alstein, Yannik van Praag, Guy Zelis.

 

Comité scientifique :

Marnix Beyen (Belgique), Christophe Busch (Belgique), Sonia Combe (France), Bernard Dan (Belgique), Emmanuelle Danblon (Belgique), Wim De Vos (Belgique), Fransiska Louwagie (Belgique), Carlo Saletti (Italie), Frediano Sessi (Italie).