Sommaire et résumés du n° 127 - Fondation Auschwitz
Le Verfügbar aux Enfers
Éditorial : Conflits de mémoire(s) en Espagne : la fin de la politique étatique d’amnistie / d’amnésie ? (Frédéric Crahay)

Chroniques
  • Le Miroir aux alouettes (Jan Kadar et Elmar Klos). Une leçon sur l'opportunisme provincial (Brecht Capiau)
    Ce film tchécoslovaque de Jan Kadar et Elmar Klos, sorti en 1965, fut une des premières productions à se pencher sur le passé national polonais.

  • « Un point de vue personnel sur les oeuvres de Felix Nussbaum ». Entretien avec Lydia Chagoll (Daniel Weyssow)
    Le documentaire de Lydia Chagoll présente la vie de Felix Nussbaum au rythme de ses œuvres vues comme jamais auparavant. Les motifs, signes et symboles qui les traversent, comme autant de jalons et de clés révélatrices d’un monde désespérant voué à l’anéantissement, aboutissent au dévoilement de la présence d’esprit et des qualités d’un artiste majeur du XXe siècle.

  •  Un grand amour. Quand le théâtre se penche sur la Shoah. Entretien avec Jean-Claude Berutti (Yannick van Praag et Johan Puttemans)
    Cette pièce de théâtre présente l’histoire de Theresa Stangl, veuve de Franz Stangl, ex-commandant des centres d’extermination de Sobibór et de Treblinka.

  •  Elle racontera notre histoire. Entretien avec Thierry De Win (Ina Van Looy)
    La pièce témoigne de la vie d’une famille tutsie au Rwanda des années 1960 jusqu’en 1994 et après.

  •  Moi René Tardi. Souvenirs d’un prisonnier de guerre - Jacques Tardi (Brecht Capiau)
    En 2012, Jacques Tardi publiait Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB et sa suite, intitulée Mon retour en France. Cette histoire en deux tomes raconte les tribulations pendant la Seconde Guerre mondiale de René Tardi, le père de Jacques, d’abord membre de l’équipage d’un tank, puis prisonnier de guerre numéro 16402 du stalag II-B d’Hammerstein, en Poméranie orientale.


Portfolio : Le KL Neuengamme (Johan Puttemans)


Dossier :
La perpétuation de la violence après 1918
  • Présentation (Maarten Van Alstein)

  • Naphta, mélange explosif de mystique et de violence. Ou comment Thomas Mann a esquissé la future culture de la violence dans La Montagne magique (Ludo Abicht)
    Ludo Abicht présente un essai sur l'une des figures les plus énigmatiques du XXe siècle, celle de Leo Naptha protagoniste de La Montagne magique œuvre de Thomas Mann. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un personnage historique, la figure de Naptha, ardent défenseur judéo-jésuite, est idéale pour mieux comprendre la culture de fin de siècle en Europe. En 1924, le regard visionnaire de Thomas Mann lui permet de comprendre la puissance destructrice d’une culture européenne explosive de violence.

  •  Front 14-18. The Experience of Battle in WWI and the Fascist Culture of Violence in Post-War Germany (Maarten Van Alstein)
    Dans sa contribution, Maarten Van Alstein examine l'impact de l'expérience frontalière sur le développement d'une culture fasciste de la violence dans l'entre-deux-guerres. Il explique comment, dans le contexte de l'Allemagne conquise et déchirée intérieurement, les expériences de guerre des intellectuels et des soldats ordinaires ont servi de catalyseur à une culture dans laquelle les conceptions de lutte continue, la destruction des ennemis politiques et existentiels, la renaissance nationale et une nouvelle morale ont formé un mélange explosif qui allait embraser la Seconde Guerre mondiale dans le feu et le sang.

  •  La société au garde-à-vous. La Belgique et la Flandre de droite, répercussions de la logique guerrière, 1918-1933 (Olivier Boehme)
    En Flandre, tant dans les milieux communistes que nationalistes, l'idée de la violence est née après la Première Guerre mondiale. Dans son intervention, Olivier Boehme esquisse les contours de la pensée violente dans les milieux conservateurs et radicaux de droite en Flandre, en se référant à la tradition intellectuelle de personnalités telles que Oswald Spengler, Arthur Moeller van den Bruck et Ernst Jünger. L'auteur a publié en 1999 Revolutie van rechts en intellectuelen tijdens het interbellum. Ideeënhistorische bijdragen. [La révolution de droite et les intellectuels pendant l’entre-deux-guerres. Contributions sur l’histoire des idées]

  •  « Nous luttons pour un nouvel ordre mondial ». Les aspirations révolutionnaires de l’activisme de gauche de l’après-guerre (Dieter Vandenbroucke)
    Dieter Vandenbroucke examine comment l'idée de la violence, sous la forme d'un changement radical, a été introduite dans les milieux militants et flamands de gauche après la guerre. Les développements en Flandre s'inscrivent dans une perspective internationale et sont liés au mouvement Clarté d'Henri Barbusse. Vandenbroucke est le biographe de Victor Brunclair dans Dansen op een vulkaan. Victor J. Brunclair: schrijver in een bewogen tijd paru en 2014. [Danser sur un volcan. Victor J. Brunclair : un écrivain à une époque mouvementée]

Varia
  • Des destins divergents : les artistes de cirque sous le national-socialisme (Annick Asso – Malte Gasche)
    Depuis le XIXe siècle, des générations de familles juives, de Sinti, de Roms et de Yéniches possédaient et exploitaient des cirques composés d'artistes venus de tous horizons, y compris des handicapés moteurs et des artistes d’ascendance africaine ou métisse. Le cirque étant une forme de divertissement très populaire, pendant la période nazie, ils sont nombreux à avoir pu continuer à circuler et à traverser les frontières nationales, passant par les villes et les villages. Si les gens du cirque font, pour certains d’entre eux, figure de privilégiés parvenant à se sauver grâce à leur art, comme l’artiste germano-juive Irène Bento, de nombreux artistes juifs sont déportés et exterminés de manière tragique pendant la Shoah. En dépit de la richesse de cette histoire complexe à multiples facettes, très peu de recherches ont été menées sur leur sort pendant et après le nazisme.

  • Lettres des camps de concentration nationaux-socialistes et contribution de celles-ci à la recherche historique (Jean-Louis Rouhart)
    Le présent article fait la synthèse d’une étude consacrée aux différents aspects des lettres illégales des camps nationaux-socialistes (KZ), notamment à la valeur épistémologique de ces lettres et leur contribution à la recherche historique sur les camps nazis.

Site mémoriel
  • Hero worship at all costs? The Dispute over the Museum of the Second World War in Gdansk (Martin Sander)
    In 2015 the Polin in Warsaw opened its doors, the Museum of the History of Polish Jews. It stands on the site of the former Warsaw Ghetto, opposite the monument commemorating the 1943 uprising. In 2016 it was declared 'Best European museum of the year'. After the struggle over the Second World War Museum in Gdansk, the Polin has now also become the target of criticism from the Polish national-conservative side. The recent exhibition “Estranged. March '68 and its Aftermath” in particular, was able to denounce anti-Semitism in contemporary Poland.

Librairie


Laboratoire mémoriel
  • Geographies of Loss: Testimony, Art and the Afterlife of Batajnica’s Disappeared Objects (Stephenie A. Young)
    In 2001, a mass grave was discovered in Batajnica, a suburb of Belgrade containing the bodies of 800 to 1,000 Kosovars killed by Serbian authorities during the wars in Yugoslavia. During the exhumation, a significant number of victims' personal belongings were found. They have been recorded but today there is no trace of them. The list of objects forms the basis of “Free Objects”, an artistic work by Vladimir Miladinovic, a Serbian artist.

  • Indakemwa, les Justes du Rwanda 1994. Recontre avec Jacques Roisin (Mélanie Moreas)
    Rencontre avec Jacques Roisin, auteur de Dans la nuit la plus noire se cache l'humanité. Récits des Justes du Rwanda. Celui-ci s’interroge à propos de ces Justes, très peu évoqués par la communauté rwandaise et quasi absents de la littérature scientifique.


À lire / à voir / à suivre
 
Nos activités sont soutenues par :logo loterie fr logo_fwb   cocof   logo_bnb_fr       Nous sommes membre du BCH : 

Contact

Fondation Auschwitz – Mémoire d'Auschwitz ASBL
Rue aux Laines, 17 boîte 50 – B-1000 Bruxelles
   +32 (0)2 512 79 98
   info@auschwitz.be
Bureaux ouverts du lundi au vendredi de 9 h 30 à 16 h,
accès de préférence sur rendez-vous.
twfbytin

Devenir membre

Pour devenir membre de l'ASBL Mémoire Auschwitz, participer à ses activités et soutenir ses actions, il suffit de nous contacter et de verser la somme de 40,00 € sur le compte IBAN : BE55 3100 7805 1744 – BIC : BBRUBEBB.
Tout don supérieur à 40 € donnera lieu à une exonération fiscale pour les contribuables belges.

S'abonner

à notre newsletter en français
captcha 
J'accepte la Politique de confidentialité
Le site Internet de la Fondation Auschwitz et de l'ASBL Mémoire d’Auschwitz utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.